La médiation animale

A la SPA de Strasbourg nos chiens sont formidables. Nous le savions déjà, mais ils nous le prouvent chaque jour ;

Dona et Molly ont été adoptés chez nous ;

Après une vie parfois chaotique, elles auraient pu vouloir couler des jours heureux, tranquilles et paisibles dans leur nouvelle famille. Pas du tout. Elles ont trouvé des adoptantes (Anne et Peggy) qui ont décidé de les entrainer dans un projet tourné vers l’autre : la médiation animale.

Elles ont contacté l’association Lianes qui mène ce projet depuis de longues années et ont présenté Dona et Molly pour approbation. Ouf, elles ont passé l’examen avec succès.

Et depuis elles vont régulièrement dans des EHPAD (plus particulièrement la maison de retraite St Gothard pour ces deux adoptées) pour redonner du baume au cœur aux résidents. Leur rôle est de se promener avec les « anciens », de jouer avec eux ou bien simplement d’être une présence qui réchauffe l’ambiance de ces lieux de vie et redonne de l’énergie à ces personnes parfois bien seules.

Et elles y arrivent très bien. Leur présence apaise les tensions, réveille des souvenirs, stimule les mouvements, l’attention des résidents de ces EHPAD

Mme Brigitte BACQUEZ, directrice nous en parle très bien : « La maison de retraite St Gothard est située au cœur de la Krutenau à Strasbourg et fait partie de la Fondation Saint Vincent de Paul depuis le 01/01/2017.

Le projet d’animation, et de vie sociale, fait partie intégrante du projet d’établissement. J’ai toujours été convaincue du bienfondé de la présence animale notamment auprès des personnes les plus vulnérables, j’ai donc tenu à pouvoir proposer une activité de chien visiteur mensuelle.  C’est ainsi, que la collaboration avec l’association LIANES et les visites régulières de Dona et Moly ont été instituées. Après une année d’expérience, force est de constater le succès de ces visites. Dona et Moly sont attendues avec impatience, chacun se réjouissant de les cajoler, caresser, etc…. Les sourires fleurissent sur les visages, les souvenirs du passé refont surface, et les dialogues se nouent autour d’eux. Ce sont de réels moments de félicité où les intervenantes extérieures Anne et Peggy  collaborent avec nos équipes : animatrices, aides-soignantes, pour apporter animation, tendresse, et émotion. Les visites se font en chambre ou dans les salons communs.  Il faut préciser que nos chiens visiteurs sont toujours accompagnés par un professionnel institutionnel. Je remercie Dona, Moly et leurs sympathiques maîtresses pour leur présence et leur disponibilité auprès de nos résidents »

Si vous êtes intéressé, si votre chien a émis le souhait de se rendre utile, aucun souci : contactez l’association Lianes qui sera ravie de vous accueillir et de vous accompagner dans cette belle démarche.

« Lianes est une association qui s’est fixé il y a15 ans comme objectif de créer et maintenir du lien avec les personnes en situation d’exclusion, par le biais de l’animal. Aujourd’hui Lianes fonctionne avec 7 salariés, dont 6 sont en insertion, et de nombreux bénévoles. Lianes propose des services à domicile, des visites en établissements, des vadrouilles auprès de personnes vivant dans la rue avec des animaux, des pensions en familles d’accueil ou au chenil/chatterie de l’association, des ateliers de médiation animale et une formation sur la cohabitation homme/animal pour tous ses bénévoles ».

Pour les joindre : 06.63.55.17.85 / site : association-lianes.fr

Adopter un chien, oui, mais lequel ?

Choisir son chien en refuge peut relever du casse-tête.

Après avoir pris la décision d’adopter – et après avoir vérifié que nous pouvons l’accueillir dans les conditions nécessaires à son bien-être – arrive le moment où nous entamons notre réflexion sur le choix de notre futur compagnon.

Goulash, race commune, née en 2012

Bien souvent, c’est le physique des chiens qui nous attire. Nous apprécions une race, un groupe de races, une couleur, une morphologie par exemple.

Il est ici nécessaire de ne pas s’arrêter au physique du chien, ni à une race. En effet, s’il est important d’avoir un bon ressenti lors de la rencontre, il faut aussi s’assurer que nous pourrons répondre aux besoins spécifiques du chien pour lequel nous avons eu un coup de cœur.

Pour ce faire, il est essentiel de prendre le temps de recueillir des informations mais aussi d’apprendre à connaître son futur compagnon. Ainsi, il est possible de se renseigner sur les tendances d’une race par exemple, sur les besoins moyens d’un chien (entre 3 et 5h d’activité par jour, en moyenne, parfois plus), sur la répartition potentielle de ses besoins (activité physique, besoins sociaux, activité mentale, besoins ludiques etc.), mais aussi sur son âge, son comportement au refuge par exemple, ses ententes (avec les enfants, les autres animaux, ses congénères, les personnes âgées…), et la liste n’est pas exhaustive.

Google, née en 2017, au refuge depuis le 4 octobre 2019

Choisir son chien nécessite de faire un point sur sa propre situation, les efforts que nous sommes prêts et capables de fournir pour lui, et de bien se renseigner sur le chien que nous souhaitons adopter (auprès des équipes du refuge notamment) avant de se lancer.

Brad, né en 2017

N’hésitez pas à consultez des ouvrages de qualité sur le sujet, ou à vous faire accompagner par un professionnel compétent.

Morgane Schmitt, comportementaliste et éducateur canin

Adopter un animal, le fruit d’une réflexion et d’un amour inconditionnel !

Adopter un animal (que ce soit en refuge ou non, d’ailleurs), est un acte impliquant une réflexion préalable. Cela passe évidemment par le cœur, mais n’oublions pas de mettre notre raison dans la balance, afin de maximiser les chances d’une cohabitation harmonieuse !

En effet, cohabiter avec un « animal de compagnie », c’est aussi être capable d’en être responsable et de répondre à ses besoins.
Les animaux arrivés en refuge ont besoin qu’on essaye de les comprendre. Ils n’ont souvent pas eu cette chance pendant leur première partie de vie, alors, offrons-leur toute notre bienveillance lors de leur adoption.

Adoption SPA Strasbourg

Ainsi, avant d’adopter, il y a lieu de se poser des dizaines de questions. 

En voici quelques-unes :

  • se questionner sur ses motivations à adopter : pour briser la solitude ? pratiquer des activités sportives ? apporter de la compagnie à un autre animal ?
  • définir le temps et l’énergie que nous sommes capables et prêts à consacrer à son futur compagnon : suis-je prêt à me lever plus tôt le matin pour lui proposer une sortie en phase avec ses besoins ? à le sortir sous la pluie à 23h en hiver ? à lui apporter entre 3 et 5h d’activité par jour ?
  • suis-je prêt à « l’éduquer », à être pédagogue et patient (pour lui apprendre la marche en laisse, la propreté, gérer les éventuelles destructions…) ?
  • quel est mon mode de vie : suis-je souvent absent de mon domicile ?
  • ai-je prévu un budget mensuel pour mon nouveau compagnon (nourriture, santé, matériel, assurance éventuelle…)?
  • quelles sont les solutions à ma disposition si je dois m’absenter plusieurs jours sans pouvoir l’emmener ?
  • suis-je prêt à respecter ses sensibilités, ses humeurs, ses susceptibilités, moi mais également toutes les personnes qui seront en contact avec lui ? (question ô combien essentielle au bien-être de nos protégés)

En bref, suis-je prêt, comme pour toute cohabitation avec un être vivant (humain ou non), à apprendre, à m’ajuster, à me remettre en question et à le respecter ? Si la réponse est oui, rendez-vous très prochainement pour évoquer les critères à prendre en compte dans le choix de son futur compagnon 🙂

Morgane Schmitt
Comportementaliste et éducateur canin