Notre histoire

La SPA de Strasbourg est née au cours du 19ème siècle grâce à la philanthrope Mme Caroline North Siegfried, veuve fortunée. Elle consacra ses biens au soutien financier des nécessiteux et à la fondation de la SPA pour aider les animaux maltraités. Elle créa également le premier refuge à la montagne verte (dont il ne reste malheureusement plus d’archives).

En 1981, la SPA a déménagé route du Rhin dans un nouveau refuge, premier en France à disposer du chauffage dans le chenil et dans chaque cage.
Le 24 août 2015, la SPA change de locaux et devient locataire au 7, rue de l’Entenloch à Strasbourg Cronenbourg dans une structure neuve financée par l’Eurométropole et la Ville de Strasbourg.

Gérée par un conseil d’administration de 7 à 12 personnes, la SPA fonctionne avec des employés ainsi qu’une armée de presque 100 bénévoles (permanents ou occasionnels).

La SPA de Strasbourg accueille annuellement près de 1500 animaux: principalement des chats, des chiens, des lapins, cochons d’inde, furets et autres petits animaux de compagnie. Pour son fonctionnement, la SPA compte sur les dons, les legs et les cotisations des membres.

Les rôles de la SPA de Strasbourg

Ses fonctions et son impact sur la société ont changé au fil du temps et des évolutions sociales.

Au départ les SPA n’existaient que pour dénoncer les mauvais traitements observés dans la rue, suite au vote de la loi Grammont en 1850, punissant les actes de maltraitance publique sur les animaux domestiques.

Aujourd’hui sa fonction principale est l’accueil d’animaux dont les maîtres ne veulent plus.

A cela s’ajoutent les plaintes pour mauvais traitements. Sur appel ou courrier d’un requérant, la SPA se déplace pour vérifier l’état de santé des animaux, et, si nécessaire, dépose plainte auprès des Autorités Judiciaires contre les auteurs des faits, afin de procéder au retrait des animaux.

Le replacement des animaux abandonnés et confiés par la fourrière municipale (non réclamés par leur propriétaire) est certainement la plus importante des charges de la SPA. Il s’agit de trouver la famille définitive qui accueillera nos animaux. Le choix est très difficile car il est surtout basé sur le contact avec les adoptants. Des conditions précises sont demandées par rapport au caractère de l’animal, son passé et le mode de vie des adoptants. Le but est d’éviter un nouvel abandon et de trouver le meilleur équilibre possible.

La sensibilisation à la cause animale

Nous essayons aussi de faire connaître nos activités et de sensibiliser la société par le biais de nos Portes Ouvertes, des collectes alimentaires, des présences lors de manifestations extérieures (le Salon des Associations, les Foires Européennes, etc.). Nous accueillons également des stagiaires, des écoles et des groupes de tous âges pour les sensibiliser à nos actions et l’importance des animaux dans nos sociétés.

Les SPA sont actuellement présentes partout dans le monde car la souffrance animale est malheureusement un phénomène mondial. La protection animale ne s’arrête pas à nos animaux domestiques. Partout dans le monde les animaux souffrent de l’impact de l’homme sur leur mode de vie, leur espace vital, leur alimentation etc. Les faits de maltraitances sont récurrents et ne semblent pas réduire.

On peut dire que de tout temps il y a débat philosophique sur la place de l’animal. La souffrance qu’il ressent, la nécessité de bien le traiter a toujours été un postulat défendu par nombre de philosophes, religieux, intellectuels. Malheureusement, aujourd’hui encore la place de l’animal reste fragile et soumise aux aléas des textes de loi. Le combat pour qu’il soit enfin respecté avance lentement, le statut de l’animal comme « être sensible » venant seulement d’être reconnu.

Les SPA seront encore présentes pour de longues années et même si le combat semble long, difficile, parfois perdu d’avance, nous sommes convaincus d’arriver à créer un jour une société dans laquelle humains et animaux sauront vivre en harmonie.